Adhérer: les raisons d’un choix (Turin, 2007)

Adhérer à la Fédération Ars et Fides : les raisons d’un choix

Texte présenté et discuté lors de l’Assemblée Générale Ars et Fides,
Turin (IT), 29 avril 2007

Il est normal que toute association se pose régulièrement la question de savoir quelle est son identité et si son existence est toujours justifiée.

1- Constats

Notre fédération n’échappe pas à cette question essentielle, non seulement pour pouvoir confirmer l’adhésion de notre association à Ars et Fides –car il faut que vous sachiez que certaines associations nous ont récemment quittés surtout hors de France– mais aussi attirer de nouvelles associations, en tout premier lieu celles qui, après un contact lors de visites ou voyages personnels et même après être venues à une session en tant qu’invitées, n’arrivent pas à s’enthousiasmer pour notre projet Ars et Fides.

Superficiellement, il peut apparaître que notre fédération est uniquement justifiée par l’organisation d’une belle succession de sessions, généralement tous les deux ans, dans un lieu de grand intérêt spirituel et culturel où nous sommes amicalement accueillis par l’association locale, membre d’Ars et Fides. Encore que… nous constatons que nous ne voyons presque jamais des représentants de certaines associations pourtant membres de la fédération.

2- Rappels de notre objectif et de notre besoin

En réalité et vous en êtes bien conscients, notre fédération européenne n’est pas une super-agence de voyages intéressants. Elle est avant tout la rencontre de représentants d’associations provenant de lieux religieux très divers par l’histoire, le style et la destination (cathédrales, basiliques, églises, abbatiales, chapelles) dans plusieurs pays et régions (sept pays, six langues) de taille et de structure très différentes.

Mais ces associations ont le même objectif et le même besoin tous deux définis par notre charte d’Angers (1988) et notre résolution de Chartres (1995) que nous résumons ci-dessous.

Le même objectif :

  • nos associations se reconnaissent comme des communautés chrétiennes ouvertes, composées de bénévoles accueillant les visiteurs et présentant le monument dans ses trois dimensions historique, artistique et chrétienne ;
  • nos associations se mettent au service du lieu religieux dont elles cherchent l’âme, l’esprit authentique, le message des pierres et l’expérience de la communauté de foi de ce lieu.

Le même besoin :

  • nos associations, quelquefois isolées ou trop uniquement centrées sur leur beau monument, souhaitent se connaître, s’épauler et s’entraider ;
  • nos associations s’enrichissent mutuellement dans le domaine de la réflexion, de la formation, de la pédagogie, du recrutement et de l’échange de guides.

3- Quelques réalisations à mentionner

Comme il est écrit dans la brochure éditée en plusieurs langues présentant Ars et Fides, notre fédération offre une plateforme d’échange, particulièrement au moment de nos sessions.

C’est pourquoi nos sessions consacrent un temps important aux carrefours d’échange, lors de notre assemblée générale statutaire.

Vous le savez d’expérience : nos sessions développent amplement des relations amicales à l’échelle de notre maison commune, l’Europe, et contribuent à tisser un véritable réseau entre nous. Ceci est concrétisé par :

  • des contacts entre associations de la même région (par exemple Tours et Angers, Reims et Paris) ;
  • des visites réciproques lors desquelles nous sommes heureux de bénéficier d’un accueil privilégié ;
  • des démarrages de projets avec des jeunes de l’ARC à Bordeaux et à Tours notamment ;
  • de nombreuses demandes de renseignements adressées au secrétariat de la fédération qui retransmet aux associations concernées les candidatures de guides et les demandes spécifiques pour action ;
  • les échanges de documents entre associations ;
  • la traduction de dépliants et brochures en plusieurs langues européennes.

Nous souhaitons enfin souligner un service utile, riche et disponible en permanence que les techniques modernes de communication nous procurent : notre site internet Ars et Fides dont nous ne connaissons peut-être pas assez toutes les richesses et potentialités :

  • il est présenté dans nos six langues ;
  • il contient les annonces de notre fédération mais est ouvert à celles des associations que souhaiteraient communiquer, particulièrement celles qui ne disposent pas –pour le moment– d’un site internet ;
  • il dénomme toutes nos associations avec un lien automatique pour celles qui disposent d’un site internet ;
  • il fournit différents textes Ars et Fides dont le compte-rendu des carrefours de la précédente session ;
  • il peut encore être enrichi grâce à toutes les bonnes idées qui foisonnent dans nos associations ; la seule contrainte est de les communiquer à notre secrétariat.

4- Quelle stratégie pour l’avenir ?

Toutes ces réflexions, faites au nom du Conseil d’administration, répondent à la préoccupation et l’interrogation de quelques-uns d’entre vous. Il est bon que les choses soient dites ouvertement.

Nous devons développer une stratégie pour l’avenir avec détermination :

  • relancer les associations « dormantes » et les motiver fortement à venir aux sessions ordinaires et extraordinaires ;
  • inciter les associations à prévoir plusieurs représentants de manière à ne pas laisser reposer la charge des contacts sur l’épaule d’une seule personne, toujours la même ;
  • aller « repêcher » les associations qui ont récemment abandonné Ars et Fides : ne perdons pas espoir !
  • reprendre l’idée consistant à ce qu’une association « ancienne » parraine une association « nouvelle » souhaitant entrer dans la fédération ;
  • reprendre contact avec les personnes ou les associations rencontrées à l’occasion d’une visite ou ayant écrit à la fédération ;
  • programmer des contacts ou des rencontres ou des échanges entre associations membres en dehors de nos sessions de printemps ;
  • désigner au sein du bureau un responsable du repêchage, de la relance et de l’adhésion des associations ;
  • faire participer à une ou deux réunions du bureau (à Paris) une personne provenant d’une de nos associations membres pour aider dans cette tâche (possibilité prévue dans les statuts) ;
  • finalement se sentir – chacun d’entre nous – chargé de mission Ars et Fides pour diffuser la bonne parole de notre fédération auprès de guides d’un lieu que nous visitons ou auprès du clergé local et donner envie d’adhérer à notre fédération.

Rédaction : Bernard Quentin, administrateur